Green velvet [Delphine (Tilly & the buttons)]

Quelle que soit la saison je porte peu de jupes. Actuellement j’en ai deux dans mon placard : une jupe demi-cercle satinée pour les mariages et autres événements des belles saisons et une Anémone en tissu fluide que je portais jusqu’ici été comme hiver. Sauf que ladite jupe montre de sérieux signes d’usure et a fini par gondoler au niveau de la fermeture éclair (si peu invisible). Il lui fallait donc une remplaçante.

J’ai d’abord pensé à la jupe Nehalem (Sew Seven House) mais je n’avais ni le patron ni le tissu^^ Or une de mes résolutions de l’année est d’utiliser ce que j’ai en stock. Pour l’histoire, j’ai fait un semblant de décompte pour participer au défi “Réduis ton stock 2020, le retour de la revanche” et; en dépassant la vingtaine de mètres, j’ai commencé à ressentir un sentiment de panique. Là-dedans il y a des coupons-boulet (je parle de toi le mètre de scuba blanc… note pour le lecteur : si vous êtes intéressé, manifestez-vous), des coupons trésors (le défi propose des points bonus quand on les utilise au lieu de les couver des yeux) et des coupons tout à fait basiques et utilisables. Niveau patron, j’ai décompté environ 7 patrons pochettes jamais cousus et deux livres achetés dans la dernière année que je n’ai pas encore touchés.

De la contrainte d’utiliser ce que j’ai déjà est née l’idée de faire une jupe dans un velours vert forêt de type babycord avec le patron Delphine venant du livre Love at first stitch. Il s’agit d’une jupe trapèze taille haute avec ceinture intégrée qui se ferme avec un zip invisible au dos. Dans les instructions il est préconisé d’utiliser un tissu ayant de la tenue pour bien rendre la forme en A et de tenir compte de l’aisance nécessaire (2 à 4 cm pour l’estomac) pour choisir se taille.

Fournitures

  • 80cm de velours acheté à la mercerie Brin de cousette : environ 12e
  • 1 fermeture éclair invisible (en stock)
  • des chutes de coton pour l’étiquette et le biais
  • du thermocollant

Réalisation suivant le plan initial

  • patron décalqué en taille 2-3 (mes mensurations tombaient exactement entre les deux) : j’ai tracé une ligne exactement au milieu
  • les côtés ont été assemblés, puis surjetés
  • la couture dos a été bordée de biais
  • la ceinture intérieure a été assemblée à la main pour une couture invisible, après y avoir ajouté mon étiquette de couture
  • l’ourlet a été fait au biais

Modifications

Au moment de l’essayage intermédiaire, avant d’assembler la partie intérieure de la ceinture, il y avait deux choses qui n’allaient pas :

  • la longueur. Les pièces m’avaient semblé longues mais comme la créatrice mesure 155cm et que la jupe avait l’air d’être mini sur elle, j’étais incrédule quant au fait que cette jupe puisse être trop longue pour moi. J’ai du raccoucir de 5cm environ au niveau de l’ourlet et j’en ai profité pour reprendre les côtés qui “faisaient des ailes” à cause de la mauvaise tenue de mon tissu. Si j’avais mesuré la pièce au début, j’aurais fait la modification au moment du décalquage du patron sur la ligne prévue à cet effet.
  • le dos. Euh c’est quoi ce truc ?? Mon compagnon l’a élégamment formulé de la manière suivante : on dirait un string ! Surplus de tissu en bas des reins + tissu tiré sur le haut de la fesse = ces plis très disgracieux. Après moultes hésitations, j’ai démonté la fermeture éclair depuis le haut jusqu’à 5 cm en dessous de la ceinture; j’ai retiré un triangle de tissu sur chaque pièce dos, enlevé le surplus correspondant sur les 4 pièces de ceinture dos et recousu, en croisant les doigts pour que ça marche. Ça ne marchait pas. Alors j’ai ajouté des pinces dos et réduit la ceinture d’autant. Pffff voilà ce qui arrive quand on pense que, pour une jupe, quand on n’a pas d’écarts de taille dans le tableau de mesures de la marque, ça n’est pas la peine de faire une toile…

En découvrant ces problèmes, j’étais assez déçue par le patron qui avait l’air pourtant très simple sur le papier. En regardant les rares vues de dos sur Instagram et Thread&Needles, j’ai pu vérifier que je n’étais pas la seule à avoir ce problème. En pensant “J’aurais du refaire Anémone”, j’ai pris le temps de me demander pourquoi Anémone marchait si bien sur moi et je pense que ça tient dans le fait que la jupe est découpé en panneaux, ce qui épouse mieux mes formes et le fait que j’ai le bas du dos creux et le fessier relativement rebondi.

Globalement je suis peu emballée par les design de Tilly & the buttons. J’aime son univers, les photos mais j’ai le sentiment que les patrons ne sont pas faits pour moi. Sans doute à cause des formes qui ne sont pas les plus efficaces sur ma silhouette. A confirmer si je réalise la robe Meghan du livre…

Cohérence : 4/5 Je peux juste lui reprocher d’être dans une matière que je ne porterai pas l’été mais ça va je lui pardonne, parce qu’elle remplit bien mon cahier des charges (au-dessus du genou, relativement vélo compatible avec des collants opaques (edit : euh non pas du tout en fait… elle remonte tellement quand je pédale que c’est indécent 😦 ), Doc Martens compatible et va avec la majorité des mes autres affaires)

Seyant : 3/5 Après modifications, la taille me convient même si les plis tanga subsistent. Par contre, je ne suis pas convaincue de l’effet ailes sur les côtés…

Confort 5/5 Malgré les 4 cm retirés au niveau de la taille, je respire et je peux encore prendre un bon repas.

Qualité 5/5 Le tissu a l’air de bien tenir la route. Comme d’habitude, j’ai soigné les finitions pour que ça dure. Après découture recouture, j’ai fini par border les côtés au biais, faute d’avoir suffisamment de tissu par endroit pour un surjet.

Couture bonus : un nouveau pyjashort

J’ai récidivé avec un nouveau pyjashort pour cet été avec la chemise 13 et le short 24 du livre Garde-robe idéale de bébé. Je vous renvoie à la première itération du projet ici. J’ai simplement modifié la taille de la chemise (2 ans au lieu de 18 mois). En décalquant cette chemise avec col j’ai compris d’où venait l’erreur sur le modèle 09 : pour le modèle 13, une parmenture est prévue, qui est manquante dans les instructions du 09. J’ai préféré ne pas utiliser cette parmenture et effectuer les modifications que j’avais détaillées la première fois : rajouter 2 cm à chaque côté devant pour avoir une patte de boutonnage repliée (que j’ai quand même thermocollée parce que mon tissu était fin).

On peut noter que le col s’assemble jusqu’au bout de la patte de boutonnage au lieu de s’arrêter avant. Pour cette raison, je n’ai pas fermé le col de la chemisette avant.

Tissu jaune et pressions du stock… Le petit tissu mignon est d’occasion, acheté sur Thread&Needles avec le livre Grains de couture pour enfants que je n’ai pas encore utilisé. Il m’en reste une petite chute qui pourrait s’envoyer par courrier si ça intéresse quelqu’un 🙂

Projets futurs

  • une veste de mi-saison (printemps + jours moches de l’été). Je suis très indécise sur le tissu et même le patron à utiliser. Des idées ? …. En stock, j’ai du jean épais (brut et bleu vif), le reste du velours vert de la jupe Delphine, un coupon bleu ciel laine et soie… Et niveau patron, de quoi faire une veste en jean, un “kimono” court, la veste Ayora (Pauline Alice), un teddy ou encore un perfecto. Ce dont je suis sûre c’est que je ne suis pas du tout tentée par un trench et que je préférerais une veste courte et qui se ferme.
  • une housse pour un mini-fauteuil Ikéa qu’on nous a offert. La qualité du modèle a changé en 20 ans et la partie houssée a été réduite au minimum : c’est à la fois moche et dangereux. A priori je partirai sur un reste de tissu samouraïs.

La chemise de bûcheron [Melilot (Deer&Doe)]

Avant toute chose, laissez moi vous présenter mes meilleurs vœux pour cette année qui commence, qu’elle soit pleine de projets et/ou de recentrage sur soi-même et/ou de digestion d’idées mais qu’elle vous apporte de la joie. Pour cette nouvelle année, j’ai reçu un formidable cadeau : la nounou a pris une semaine de vacances et mes beaux-parents ont gardé notre fils pendant 5 jours. J’adore cet enfant mais souvent avoir des activités complètes me manquent, ne pas m’activer aux choses qui auparavant me procuraient du plaisir me draine, je me sens frustrée et la relation avec mon compagnon est souvent le parent pauvre du quotidien. Pendant 5 jours, je suis donc retournée à mes affaires de personne nullipare-pour-de-faux, avec même du temps pour avoir des interactions de qualité avec mon heureuse moitié (qui profitait avec soulagement de son temps retrouvé pour jouer aux jeux vidéos et… attraper une grosse gastro pour le 31 mais ça c’est une autre histoire).

Ma première activité fut de détacher mon canapé tâché de lait avec un vaporetto qu’on m’avait prêté.

Tout est dit

L’opération ayant réussi, la semaine s’annonçait sous les meilleurs hospices. J’ai donc décidé de retenter de faire les boutonnières de ma chemise Mélilot qui traînait depuis un moment, parce que je trouvais que ma machine faisait des boutonnières nulles et que je n’avais pas le courage d’aller chez Mireille pour les faire faire. Au final, allez savoir pourquoi comment, mais avec du temps, de la patience, de l’huile de coude et du cordonnet, ma machine a fini par accoucher de 13 belles boutonnières. Youpi !

La ppreuve par 7
Continue reading “La chemise de bûcheron [Melilot (Deer&Doe)]”

Test : Besame mucho (Festive Road)

Attention : cet article parle de la version test d’un patron. La créatrice a fait des modifications avant publication de son patron : proposition de 3 tailles de bande d’encolure qui correspondent à des tissus différents, repère de taille remonté d’1cm, épaule diminuée.

Quand j’ai reçu un mail de Charlotte aka Biquette aka Vicomte de Boisjoly pour tester le résultat de sa quête de t-shirt parfait, j’ai sauté de joie, partagée entre la curiosité de découvrir son travail et voir si ce t-shirt correspondait aussi à l’idée que je me faisais du t-shirt de rêve. Malgré mes besoins évidents de nouveaux tee-shirts, j’avais décidé de lâcher l’affaire pour cet hiver, pas convaincue par l’idée de refaire un patron que j’avais déjà.

Besame mucho est décrit comme un t-shirt semi-ajusté à aisance positive avec un col rond. Le fit collait avec mes envies, restait à tester ce col rond pas ras-du-cou mais pas décolleté non plus. Je suis un chouïa compliquée quand il s’agit de col.

… Como si fuera esta noche la última vez
Continue reading “Test : Besame mucho (Festive Road)”

Série de sweats [Grand’Ourse(Ikatee) /Marinière n°06 (Garde-robe idéale de bébé)]

Je vous présente aujourd’hui un sweat et le petit caleçon assorti, plus une petite veste, réalisés pour un bébé d’un peu plus d’un an.

Grand’Ourse toujours

La petite veste a été faite à partir du patron Grand’Ourse, qui est un patron que j’ai beaucoup utilisé pour faire des cadeaux. La version avec les oreilles de lapin fait un malheur ! Pour ajouter un sweat à la garde-robe de Maël, j’ai choisi de faire plutôt dans la sobriété : pas de doublure et pas d’oreilles. Par contre j’ai ajouté un patch au dos.

Concernant le patron, je formalise ici une remarque que je m’étais déjà faite : je trouve que c’est un patron qui taille grand par rapport à la stature de Maël. Il me semble n’avoir décalqué que le 12 mois ; on a déjà sorti le 18 mois depuis quelques semaines et ce gilet-là reste grand.

Continue reading “Série de sweats [Grand’Ourse(Ikatee) /Marinière n°06 (Garde-robe idéale de bébé)]”

Un été à Londres [bomber M7100]

Je vous présente mon nouveau meilleur ami : un bomber en molleton.

Fournitures :

  • 1m de molleton Sirocco Mars-elle : 32e (la largeur est grande : 165cm)
  • 50cm de thermocollant
  • 1 zip métallisé de 50cm : 2,50e (au final le zip est trop court, il aurait fallu acheter en prendre un de 52cm. La traduction était mauvaise sur la pochette et je n’ai pas pris la peine de remesurer.)

= environ 40 euros, en comptant le patron que j’utilisais pour la 1ère fois et que j’avais acheté en solde 3 ou 4 ans auparavant

Continue reading “Un été à Londres [bomber M7100]”

Petaluma Dress (Itch to stitch)

Petite merveille sur cintre uniquement

Ce post est le récit d’une grande déception. Pour le lendemain de son mariage, ma sœur m’a demandé une robe portefeuille à manches papillon. Sentant venir l’écueil de la robe qui baille j’ai choisi de faire le faux-portefeuille de la robe Petaluma dont la pièce du buste est proposée pour différents bonnets. Malheureusement, malgré une 1ère toile, le résultat final est trop large au niveau de la taille et baille encore sur la poitrine. Je vais détailler comment on en est arrivé là plus en bas. Mais parlons d’abord des choses positives.

Continue reading “Petaluma Dress (Itch to stitch)”

Test : Kelly watch the stars (Festive Road)

Cette fois-ci Biquette proposait de tester un top à manches kimono avec empiècement. Ce n’est pas forcément ma came à la base mais comme j’avais été agréablement surprise par le débardeur Hanging Song, j’ai testé Kelly watch the stars. Parlons un peu du modèle : ses découpes crient COLOR-BLOCK !, non ? Il est conseillé de le faire avec un tissu plutôt fluide et c’est ce que j’ai fait avec un voile de coton d’une part et de la viscose d’autre part. On ne le voit pas avec mon choix de tissu mais l’ourlet du bas part en arrondi à partir de la hanche ce qui est assez flatteur. J’aime particulièrement les bracelets de manche. C’est la première fois que j’en ai sur un haut et j’adore, malgré le fait que sur mes épaules ça rebique carrément (hommage à la commanditrice me souffle ma moitié ?).

Même si je n’ai pas osé le color block, j’ai tenté une association de couleur et motif un peu hasardeuse : mini léopard bleu et uni lavande. Je ne sais pas quoi dire… ça me rendait heureuse de mettre les deux ensemble, alors je l’ai fait et j’aime beaucoup !

Continue reading “Test : Kelly watch the stars (Festive Road)”